jeudi 5 décembre 2019

Il était une fois, dans ce lieu magique où chaque jour succédait paisiblement à la nuit, chaque printemps fleurissait suite au rigoureux hiver, un temps étrange où les océans se mirent à recracher des poissons chargés de plomb emprisonnés dans du plastique, où les forêts s’époumonèrent à lutter contre une fièvre bruyante et dévastatrice, où les terres polluées… Mais cette histoire vous la connaissez, n’est-ce pas ? Elle n’est pas drôle et il n’est pas plaisant de l’entendre. Exploitation, spéculation, profit - déracinement, épuisement, endettement – dépression, angoisse, insomnie… Les heures se faisaient sombres, couvertes d’un lourd nuage satellisé.

En ce temps là heureusement, les rires d’enfants éclataient encore, joyeux, pétillants et chargés de vie. Rien d’étonnant donc si les enfants justement furent les premiers à percevoir, un jour qu’ils jouaient entre les feuillages, que quelque chose avait changé. Un détail aussi infime qu’une plume blanche venant se poser sur la rose d’un églantier : le vent, depuis l’aube, s’était mis à souffler à l’envers ! Non pas « qu’il avait tourné » comme disent les grandes personnes. Mais il soufflait véritablement « à l’envers ». Comme l’eau d’un ruisseau qui remonterait à sa source ou un vieillard qui perdrait ses rides… Certains adultes aussi le remarquèrent, mais ils n’y prêtèrent guère d’attention, trop occupés à entretenir le système tel qu’ils le connaissaient.

Peu à peu, ce vent spécial fit naître de nouvelles pensées dans le cœur des enfants. Comme poussés par une urgence de vivre, ils décidèrent de peindre tous les animaux sauvages qu’ils avaient le bonheur de côtoyer en ce monde, avec l’espoir de les voir longtemps encore s’épanouir dans leur environnement naturel et de les présenter, bien plus tard, aux enfants de leurs enfants.

Mus par un élan collectif, ils dessinèrent donc sans relâche, revendiquant le rêve commun qui habitait leur coeur: Vivre dans un monde où la Terre et tous les Etres Vivants seraient traités avec équité et bienveillance. Puis ils envoyèrent leurs œuvres aux « puissants de la société », ceux qui, travaillant dans de modernes bureaux accrochés au sommet de hautes tours, oubliaient parfois la fragilité et la beauté de l’écosystème dont les humains sont interdépendants.

Adolescents et jeunes gens eux aussi se concertèrent pour imaginer des solutions: comment prendre soins de la Planète? comment prendre soins des humains ? comment partager les connaissances, les compétences, les richesses afin de sortir de l’engrenage engendré par les choix de leurs anciens ?... Ensemble, ils dessinèrent des infrastructures surprenantes, purifiant l’eau des rivières et nettoyant les océans. Ils discutèrent de projets valorisant la nature, permettant aux Hommes de retrouver leur lien à la Terre et aux autres êtres vivants.

Encouragés par la vitalité de leurs enfants, les adultes embrassèrent la vision d’un changement nécessaire. D’abord les simples gestes du quotidien, puis toutes les habitudes de consommation furent questionnées. On refusa les produits issus des commerces ou des entreprises qui ne respectaient pas la nature. Coopératives, réseaux d’échanges, soin de la terre et des êtres vivants, toute l’économie se structura différemment. L’évolution de l’espèce humaine lui permit de vivre en harmonie avec le reste de la création.

Oh pardon, « Que du vent » dites-vous ? Oui, un vent qui s’est bel et bien levé et qui souffle partout dans le monde.

IBAN: CH59 0839 0036 3627 1000 2
Banque Alternative Suisse SA, 4601 Olten, BIC: ABSOCH22XXX
Ensemble pour 2051, 1450 Sainte-Croix.

L'association est exonérée d'impôt pour but de pure utilité publique.
Les dons sont fiscalement déductibles du revenu imposable.